Arts, écriture, billet d'humeur perso, littérature, poésie

Trop, jamais assez, encore

SomeReading

Il y a toujours trop de livres, dit-on,

Pour les rêveurs

Les intellos

Les dissidents

Les artistes

 

Il n’y a jamais assez

De poèmes

De déclarations ferventes

D’appels aux réconciliations

Sur les tombes aux chrysanthèmes

 

On souhaite encore

De nouveaux Norman Bethune

De nouvelles Marie Curie

D’effervescents Guillaume Depardieu

D’effervescentes Betty Davis

 

Il y a toujours trop de livres

Il n’y a jamais assez de poèmes

On souhaite encore…

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

 

Arts, écriture, poésie biographique

Autoportrait en clair-obscur

Le poète est comme un chocolat

Il peut contenir

Des traces de noix

Il fait gaffe

Au manque d’air(e)

Contrairement à la rumeur,

Le poète ne joue pas d’attitudes

Il n’est pas dans l’ego

Soyez rassuré.e

Le poète est un soda

Parfois en bulles

Tantôt à plat,

Eau plate et dormante

Il sourit peu

Il rit encore moins

Les nouvelles télévisées

Rendent les humoristes de sinistres bouffons

Les causes sociales l’émeuvent

Les artistes le fascinent

Depuis l’enfance

Enclin à se sous-estimer

Il se veut ivre

À fréquenter les livres

Et libre

De toute influence

Car au fond il n’en fait

Qu’à sa tête

Pourquoi lui en vouloir

S’il ne traîne pas dans votre boudoir

 

Dans mon humilité

Même si vous en doutez

Pour certains d’entre vous

Je contiens la plénitude

Et mon anéantissement

La lumière

Et les ténèbres

Je suis un homme en clair-obscur.

 

© Texte, Denis Morin, 2019

 

Arts, écriture, billet d'humeur perso, Café littéraire de Toulèsarts, poésie

Constamment

Je doute constamment

Malgré mon air frondeur

Mes yeux levés au ciel

Comme en état d’apesanteur

 

Je me questionne constamment

Sur le succès des uns

Sur la déveine des autres

Je me fais spectateur du destin

 

Je dessine constamment

Des points de suspension

À l’image d’idées inachevées,

Œuvres en gestation.

 

Je doute constamment

Et vous ?

 

© Texte, Denis Morin, 2019

Arts, écriture, inspiration, littérature, musique, poésie, Roman, temps

De l’art et du silence

Les gens qui n’écrivent pas ne conçoivent ni ne comprennent qu’il faut du temps et du silence aux artistes pour créer du beau, célébrer le temps qu’il faut et pour métamorphoser l’ordinaire, le moche en quelque chose de grandiose et de fabuleux.

Le poème s’écrit généralement sur une lancée, un souffle, un jeu de mots saisi dans l’air comme on saisit un insecte en vol. Un mot en appelle un autre, tout comme les images se mettent à défiler comme un film devant nos yeux.

Sur un autre registre, le roman exige un travail assidu et davantage de souffle que l’on écrive avec ou sans plan. Je brosse un plan sommaire, mais je laisse les personnages me mener par le bout du nez. Si le poète se fait musicien et chef d’orchestre, le romancier dans mon cas suit ses personnages à la trace comme un loup ou un chien de chasse. Libérez-moi du temps et je saurai vous le rendre en une enfilade de mots pour vous faire rêver.

De plus, mes collègues vous diront qu’ils ont besoin de temps pour répéter une oeuvre musicale, la chanter, la danser ou bien pour peindre un paysage et transposer en couleurs des humeurs.

Par sécurité et conformisme, les gens apprécient les créateurs décédés en chansons, du cinéma, en peinture. Néanmoins, je les invite à encourager les artistes de leur temps. Respectez-les, même si vous ne saisissez pas toujours leur démarche.

Bonne lecture. Bonne visite à la galerie d’art ou bonne découverte du street art de votre quartier. Bonne écoute de la musique actuelle. Soyez curieux et vous rendrez des artistes heureux.

© Texte, Denis Morin, 2019

Arts, Mozart, musique, poème de métro

Une aria de Mozart

Dans un corridor

De métro

Une cantatrice

Ayant un minois d’actrice

Lançait,

Portée par une brise souterraine,

Une aria de Mozart

Sa voix,

On aurait dit une flûte enchantée

Une fée déchaînée

Les passagers l’écoutaient

Certains étaient fascinés

Tandis d’autres étaient amusés

Par cette soprano

Égarée

Du conservatoire

Scène improvisée

Demain, sera-t-elle aphone ?

Sa voix

Encore en moi résonne.

 

© Texte, Denis Morin, 2019