Non classé

Ella, Nelly, Simone et Billie

Chanteuses-blues

Des doigts

Elles claquaient

Et ça faisait tac, tac, tac

On s’évadait par la rythmique

Ça faisait déjà chic

Futur quartier gentrifié

À l’ombre des tours

Ça provoque le choc…

De retour à la musique,

Ella, Nelly,

Simone et Billie

Chantaient

Pour se rendre à l’usine

En septembre

Se divertissaient et bossaient en quatuor

Le vendredi

Dans un club de jazz

Il fallait nourrir les petits derniers,

Les écoliers

De la famille

La voix, on donnait

Aux Montréalais,

Aux touristes

De passage

Au temple,

Le dimanche

Le gospel s’élevait

Puis vers leurs humbles demeures

Elles s’en retournaient

Ella, Nelly,

Simone et Billie.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Et personne d’autre

Nuages

Pénélope voulait

Son Ulysse

Qui tentait

D’échapper

Aux charmes de Circé

Pénélope tissait

Inlassablement

Sur son métier à tisser

Les prétendants

Pouvaient bien

Tendre l’arc

Et les muscles

Les yeux elle détournait

Quand bien même

La beauté de la chair

Si le cœur a déserté

La couche

Si le cœur a levé

Les voiles

Pénélope voulait

Son Ulysse,

Lui et personne d’autre

Pour sécher ses pleurs.

© Texte, photo, Denis Morin, 2021

Non classé

Je passais par là…

LuneBleue

Migration lunaire

Du ciel

À l’horloge

Sur boulevard

Spectacle singulier

Pour banlieusard insomniaque

Je passais par là

Ouvriers de gare

En pause nocturne

Demain, dossiers diurnes

À traiter

Ultimatum de l’automne

À la corbeille, le masque

Je respire enfin

Quand voisins endormis

Quand outardes assoupies

En bordure de lac

Coyote peut bien gambader

Sous la canopée obscure

Du boisé.

© Texte, photo, Denis Morin, 2021

Non classé

Camille, Paul et Jean-François

Planete-satellite

De terre ordinaire,

Jamais rare…

Je vois Camille C.

Les mains maculées

D’argile

En bordure de Seine

Et Paul, son frère,

Dodelinant lui aussi

Son imaginaire…

Théière marron

Ronde comme globe

S’amuse

Infuse thé aux bleuets

Breuvage aux myrtilles

Plaît-il !

Parfum discret

Et la bille

De l’ami Jean-François

Se divertit

Incarne

Le satellite marbré

D’une éventuelle exoplanète…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Cassandre

Murale

Ton visage

Sur mur de briques

Sourire de libération

Mais regard inquisiteur

Entre fleurs et nuages

De quoi sera fait demain ?

Tu es ma sœur, mon frère

Armes et barbelés

Ne servent à rien

Larmes et ségrégation

Aux mots ciselés

Ne sèment rien

Sauf désolation et sang

Tu l’as toujours su

Depuis la nuit des temps

Ton visage

Énigmatique

De quoi causera-t-il demain ?

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Au petit matin

Letunnel

Ce tunnel

À l’éclairage doré

Contient

Ses secrets

Ses histoires

Le poète l’a parcouru

Décodant les ombres

La rumeur des voitures

Frôlant

Les murmures

Des passants

Très pressés

Par l’horaire

Travail, boulot, métro

À ne pas louper

De l’autre côté

D’un boulevard

À la sortie du tunnel

Le copain

Avec qui boire un bière

Le nouvel amour

Avec qui boire le thé vert

Parfumé au jasmin

Au petit matin…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Les mots en boustifaille

Pommierfleuri

Nous marchions

Sous les pommiers fleuris,

Ceux de mai

Nous étions

Amants

Amis

Amours¸

Avons-nous besoin

De tout définir

Nous montions

Sur la colline

Nappe dépliée

Déjeuner sur l’herbe

Enivrés

Heureux

D’une beauté insouciante

Vêtements défaits

Un trèfle à quatre feuilles

Trouvaille

Entre maints poèmes d’Apollinaire,

Les mots en boustifaille.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

La mangrove

Mangrove

Ouvrier sur échasses

Grues métalliques

Avancée lente

Bordure symbolique

Je vois une mangrove

Dans le Mékong

Duras m’obsède

En contrebas

Poissons-citoyens

Voyageant

En aquarium

En autocar

Aux vitres teintées

J’en suis

J’assume

Ma périphérie

De banlieusard

Je rêvasse

Direction la première couronne

Étalement urbain du corps,

Le mien

Sur dossier incliné

Basculé vers l’arrière

En hauteur et en profondeur

La modernité.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Le contenu du coffre

Ancien-moderne

Peu il faut

Pour distinguer le vrai du faux

Une pierre

Pas de la fibre de verre moulée

Maquillée

Pas de trompe-l’œil

On veut du vrai

Pas du toc

Derrière la pierre de taille

Je vois

L’homme lissant

Moustache

Le mari faisant tache

La belle convoitée

Buvant son xérès

Pour la soirée

Elle sait qui choisir

Pour la nuit,

Elle bouchera ses oreilles

Pour atténuer les ronflements

Jouons du coude

Pour que le mari se tourne

L’amant patiente

Derrière le paravent

Il convoite la douce

Et ses dentelles

Le poète rédige

Poème insensé

Rejoignant son amant

Derrière le paravent

La belle s’offre

L’amant s’intéresse

Au contenu du coffre

Les deux corps

En ombres chinoises

Passe-temps

Du mari cocu

Mais perspicace

Testament déjà modifié

Demain, il se suicidera

Devant le tramway

Elle n’héritera

Que de centimes

Et de roses fanées

Et de l’entrain

De l’amant fougueux

Pourtant comme elle,

Désargenté.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Écrire ailleurs

Vigne-liane

Vigne longiligne

Traversée du vide

Après la pluie

Une vrille s’étire

S’enroule

Accaparement

Ancrage

Personne ne l’avait invitée

La chaise reposait

En terrasse

Le poète pressentait

Une expérience

Un vivarium claustral

Le vivant vs l’inerte

La sève et la chlorophylle

Cheval-vapeur du végétal

Emprise

Méprise du poète

Devant lever le siège

Confiant au vivant

Le temps d’un été

Barreaux de teck

À l’étreinte et à la lumière,

Il ira écrire ailleurs…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021