Non classé

Mauve et rosé

Tulipes de février

Les tiges s’inclinent

Le mauve se décline

Vers le rosé

J’espère justement

Une coupe ou deux

Du nectar convoité

En cordiale compagnie

L’été venu

Pour l’instant,

Délivrons-nous

Du couvert d’hiver

De ce duvet blanc

Sous lequel dorment

Au Québec

Crocus, jonquilles

Et tulipes…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

John William Waterhouse (1849-1917)

TheSoulofTheRose-JWW

The Soul of The Rose, 1908

Tout récemment, une lectrice de mon roman Rose Meredith paru chez JDH Éditions m’a prévenu du fait qu’un ami fleuriste devait se départir de reproductions du peintre John William Waterhouse (1849-1917), artiste anglais du courant préraphaélite. Par hasard, la veille il lui avait envoyé les photos des toiles.

Ces tableaux sont maintenant dans mon scriptorium où je télétravaille le jour et où j’écris le soir. La première œuvre illustre la couverture de mon roman. J’étais tombé sur ce tableau lors d’une recherche sur la Grande-Bretagne, en tout début d’écriture.

Somme toute, les artistes communiquent entre eux de bien des manières en présentiel et au-delà des siècles.

Hylas et les nymphes

Hylas et les nymphes, 1895

© Texte, photos, Denis Morin, 2021

Non classé

Sangria de juillet

Chaussures de bal

Sur un socle inox et plastique

Escarpins-espadrilles

Égarés entre métro et autocar

Bizarre…

Air estival

Plein bal

Freiné

Par cet hiver insouciant

Chaussures en tissu

Le noir et le blanc

Absorption de l’eau

Du sel

Trop tôt pour le bas résille

Et la peau parfumée

Sangria de juillet.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Tournent les roues…

HiverMtl

Apparente immobilité

Apéro en différé

En terrasse cet été

Pourtant, l’esprit veille,

Bouillonne sous monceaux de neige

Oui, nous irons nous balader,

Déplier la nappe à carreaux,

Rouge et blanc sur le vert de l’herbe

Motricité

Mouvements au ralenti

Le froid nous freine

Mais les silhouettes s’animent

Dans mon imagination

Tournent les roues

Les pistes sont dégagées

Toute possibilité

Existe pour l’être créatif.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Habibi

Habibi

Ta mère est d’Anatolie

Et d’Istanbul

Son passé a traversé le Bosphore

Vers la Méditerranée

Elle a rejoint des parents

Au Liban

Ton père

Provenait du Causase

Montagnard aux yeux noirs

Comme toi

La mer Caspienne et les sommets

J’imagine

Des moutons, des chèvres

Descente vers les pâturages

Tu pensais que j’étais d’Écosse

Ou d’Orient

Nous nous sommes reconnus

À quelque part,

Sur une rive du fleuve Saint-Laurent

Habibi…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Conversations éphémères

Les anges

Conversations éphémères

Au coin de deux artères

Le temps d’un battement d’ailes

Passage des feux

Du rouge au vert

Tout espoir semble permis

Mais contre toute apparence

À des mètres de distance

Tout est maintenant interdit

Le moindre sourire

Le plus sonore éclat de rire

En gouttelettes répandues

La plus exquise étreinte

S’émouvoir…

Baiser virtuel

Par émoticônes

Ville si peu volubile

Vidée des banlieusards,

Des touristes,

Des badauds

Remettez vite vos manteaux

Nous arrivons au terminus

À un coin de rue de là

Des futurs passagers

En attente à l’abribus

Remuent les lèvres

Sous des masques,

Triste vaudeville

Conversations éphémères…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Les fesses aux Antilles

Frimas

Abstraction

Ou presque

Gel envahissant

Ma fenêtre de février

Arbre faisant le guet

Au jardin

En arrière-plan

Je n’entends guère raison

Dans cette magie cristalline

Je gagne

L’innocence enfantine

La clarté irradie

Cristaux argentés

Seuls les Russes et les Scandinaves

Expérimentent aussi la morsure du froid

Et les Québécois

S’imaginent

Les fesses aux Antilles.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Étonnant mirage

Geai bleu

Tu es comme cet oiseau

Tu m’admires

Ou tu te mires…

À ta venue

Je marche

Sur un fil de fer,

L’amour en équilibre

Jamais certain de te revoir

Tu parles peu

Tu contiens tout

En un sourire

Après le désir

Tu es comme cet oiseau

Tu me fascines,

Étonnant mirage.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Ligne de cœur, ligne de vie

Vuedubus

Assis dans un bus

Sur le bord du rêve

Bretelle d’accès d’autoroute

Ou presque

Tu fais ce songe enivrant,

Sentir la chaleur

Jeux des paumes

Où nul ne perdrait

Sa bulle

À moins que n’éclate

Cette distanciation

Si souhaitée

Par l’État

Mais si détestée

Par le prolétariat

Les commerçants

Et les bourgeois

Juste vos doigts

Pour chatouiller

Ta ligne de cœur

Ta ligne de vie…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021