Blogue

Non classé

Par fibres et lettres

Souris grise

C’était souris grise

Sur une allée bétonnée

Paniquée

En vue nulle issue

Un chat rodait

Pupilles brillantes

Les incises

Déjà rutilantes

Un passant

Plia journal

Fit voilier et vague

Souris grise

Surprise

D’être transportée

Par fibres et lettres

Prit la clef du jardin

Le chat resta

Sur sa faim

Le passant

Réjoui

Répara

Face à la vie

Une tragédie,

Le petit

Brisé

Rompu

Si souvent

Par mégarde

Sous la semelle

Du grand.

© Dessin, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Danser déjà l’été

Deux sumacs vinaigriers

Légers

Plumes d’aigrette

Jumeaux poètes

Surplombant

Le cassis après récolte

Déployant

Grâce et beauté

Devant

Les cèdres muets,

Nids de tant

De passereaux

Deux sumacs vinaigriers

Déambulant

Sur des pointes

Par les racines

Ils se multiplieront

Surgeons

Maintenant

Tournés au rouge

L’émondeur de haie

Faucheur d’élégance

Est passé

Au printemps,

Deux sumacs vinaigriers

Repousseront

Et danseront déjà

L’été.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Gare aux nuages

Gare aux nuages

S’ils sont d’orage

Légers ou lourds

Tes bagages

L’autocar s’anime

On tourne

Il y a trop de car…

Comme femme de Loth

On ne se retourne

Jamais en arrière

Sinon statue de sel

À dissoudre

Sous les eaux de pluie

Justement

Gare aux nuages…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Horaire en différé

Noir sur blanc

Blanc sur noir

À l’iris

Le bleu s’affirme

Tout de même

Le thé fumant

Bientôt servi

La viennoiserie

Déjà craquante

Sous la dent

Salle des pas perdus

Devant

Train

Horaire en différé

Toi,

Toujours en retard

Si prévisible

Moi,

Si pitoyable

Dehors,

Rougissent les érables

Dedans,

Seul à ma table

On passe sa vie

À (s’)attendre.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Des ronds de jambe

Vitraux-MFerron

Les danseurs

S’échauffent

Appui à la rampe

Comme barre

Font des ronds de jambe

Comme des gamins

Projettent pierre

À l’extérieur

Pour tracer

À l’improviste des ronds dans l’eau

Se mirent les oiseaux

Reflets mouvants

Verrières de Marcelle Ferron

Soudain, Graciel-a

Divise les danseurs

Monte en toute hâte

Graciel-a prend son envol.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

L’îlot du renard

Voici un îlot

Muni d’un poteau

Touche électrique

Pensons plutôt

Au mât d’une goélette

Amarrée

Au milieu d’un lac

Peu profond

La végétation ayant absorbé

Les voiles

Histoire de s’ancrer

Dans le paysage

Le train file

Le passager capture

Le singulier îlot

Chacun comprend

Selon le bout de sa lorgnette

Voici un refuge

Un subterfuge

Prière de ne pas déranger

Le renard

Prisonnier sur cet îlot

Après le retrait des glaces

Il guette

Le passage des oies

Il en saigne une

De temps à autre

Le carnassier se repaît

Et le duvet arraché

Aux os

Convient aux oiseaux nicheurs

De la fragile canopée.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Spirale de cahier

Nuage

Spirale de cahier

Destinée au recyclage

On en fit

Avec des doigts malhabiles

Un nuage

Une aile d’ange

Une mésange

Que sait-on

Du métal torsadé

Jusqu’où termina-t-il

Son envolée

Volutes

Folles arabesques

Qui relaient

Des aventures livresques

Des péripéties

On cogitait un roman en devenir

Des poèmes

Des nouvelles

Sous l’aspect régulier

De la spirale du cahier…

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Des fleurs et des lettres

Cinéma

La vie

Étrange salle de cinoche

Scènes exaltantes

Scènes moches

Aussi

Spectateurs et voyeurs

Nous sommes

Acteurs de notre destinée

En somme

La vie

Tu te souviens

Jeux de nos regards

Au feu

De circulation

Tu promenais ton chien

Des courses

Je revenais

Chargé comme mulet

Sourire échangés

Numéros vite notés

Sur papier froissé

Mon portable, à la charge

Et le tien, brisé

La vie

Étrange salle de cinoche

Dans ta boîte aux lettres

J’y ai glissé

L’amant de Duras

Clair, le message

N’est-ce pas

La vie

Étrange salle de cinoche

Au café

Tu m’as donné

Comme répartie

Mémoires d’Hadrien de l’autre Marguerite

Décidemment, nous aimons

Les fleurs et les lettres.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Ella, Nelly, Simone et Billie

Chanteuses-blues

Des doigts

Elles claquaient

Et ça faisait tac, tac, tac

On s’évadait par la rythmique

Ça faisait déjà chic

Futur quartier gentrifié

À l’ombre des tours

Ça provoque le choc…

De retour à la musique,

Ella, Nelly,

Simone et Billie

Chantaient

Pour se rendre à l’usine

En septembre

Se divertissaient et bossaient en quatuor

Le vendredi

Dans un club de jazz

Il fallait nourrir les petits derniers,

Les écoliers

De la famille

La voix, on donnait

Aux Montréalais,

Aux touristes

De passage

Au temple,

Le dimanche

Le gospel s’élevait

Puis vers leurs humbles demeures

Elles s’en retournaient

Ella, Nelly,

Simone et Billie.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Non classé

Et personne d’autre

Nuages

Pénélope voulait

Son Ulysse

Qui tentait

D’échapper

Aux charmes de Circé

Pénélope tissait

Inlassablement

Sur son métier à tisser

Les prétendants

Pouvaient bien

Tendre l’arc

Et les muscles

Les yeux elle détournait

Quand bien même

La beauté de la chair

Si le cœur a déserté

La couche

Si le cœur a levé

Les voiles

Pénélope voulait

Son Ulysse,

Lui et personne d’autre

Pour sécher ses pleurs.

© Texte, photo, Denis Morin, 2021