amitié, amour, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, Gare Deux-Montagnes, Montréal, Poème de train, station de métro Lionel-Groulx

Origami

C’est ici

Que nos chemins

Se séparent

J’emprunte

Un itinéraire

Et toi

Tu marmonnes

Mon nom

Comme une prière

Je feins

De ne pas comprendre

Je feins

De ne pas t’entendre

Plus le temps d’appliquer les freins

Mais surviennent des volte-face

Comme l’existence

En est tissée

C’est ici

Que nos vies se réparent

Tu as redessiné

Mon itinéraire

Et moi

Je reconfigure

Un bout de papier

Ton écriture

Origami.

 

© Photos, texte, Denis Morin, 2019

 

amour, Basses-Laurentides, Café littéraire de Toulèsarts, Deux-Montagnes, poésie

La main sur le cœur

Auberosée

La main sur le cœur

C’est ainsi que l’on prête serment

Que l’on jure fidélité

Et que l’on paie chèrement

Souvent de sa vie pour la patrie

 

La main sur le cœur

C’est ainsi que l’on déclare

Son amour le plus fou

Que l’on déraisonne

Que l’on se passionne

 

La main sur le cœur

C’est ainsi que je conserverai

Nos plus intimes secrets

Nos jeux dans la forêt

Ce feu qui ne cherche qu’à s’éveiller.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

 

 

amitié, amour, communication, poésie, Vivaldi

Vivaldi

Vitrail

Je devine

Tu devises

Encore cadenassée

Ta valise

Tu parles

Pas le temps

De reprendre ton souffle

Tu m’essouffles

À t’écouter

Tu me verras

Une fois ta chemise

Une fois tes devises

Changée.s

Décalage horaire

Eaux troubles

Ça ira mieux

Demain

Je suppose

Va te reposer

Le modus vivendi

Tu causeras

Des jours durant

Du modus operandi

Allez, j’insère

Un CD de Vivaldi

Pour te faire taire.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

amour, poésie

Si jamais…

Si jamais

À se perdre on en venait

Comme s’éloignent

Parfois

Les amants

Je veux te dire,

T’écrire

Que tes mots

Seront nos corps enlacés

Au cœur

De mon être

 

Si jamais

À se détester on en venait

Comme il arrive

Parfois

Aux amants

Je veux te dire

T’écrire

Que ta colère

Ne gommera

Aucunement

Nos plus beaux moments.

 

© Texte, Denis Morin, 2019

amitié, amour, communication, poésie

Éperdument

Éperdument

On s’aime

On se déteste

On se balance

Des injures

À la figure

Éperdument

À coups de mots-torture

Mon ordure

 

Éperdument

Tu ne perds rien pour attendre

Attendre quoi au fond

Si ce n’est la défaite

La déconfiture

Éperdument

Tout était écrit d’avance

Histoire banale

Plus de cartes postales

À envoyer comme preuves

De sentiments illusoires

Aux amis et à nos familles

Maintenant que c’est la bisbille

Et que la bisbille dure

Il pleut des hallebardes

Je t’avais prévenu.e

 

Bof, tu t’en fous

Éperdument.

 

© Texte, Denis Morin, 2019

 

amitié, amour, écriture, famille, nostalgie, poésie

Ne pas, ne plus…

Ne pas…

Médire, il/elle est parti.e

Trop cuire le rôti

Saisir ce vase

Juste l’idée de le fracasser

 

Plutôt

Attraper la clarté

Si discrète en octobre

L’hiver viendra trop vite

Dis-tu / Disais-tu

Je ne sais plus

Où nous en sommes / où nous en étions

 

L’écho des disparus

Frappe ma mémoire

Ne plus (s’)échapper

Comme un visage estompé

Ne pas oublier

Oui, polir l’argenterie

Relire les lettres

De nos amours (in)fidèles.

 

© Texte, Denis Morin, 2019

amour, écriture, poésie

Quand les amours ne sont plus

Fenetre floue

Pourquoi les amours

Viennent et (s’en) vont

Au gré des saisons

 

Pourquoi la pluie

Et les cieux gris

Masquent l’azur

Et font oublier le soleil

 

Pourquoi mentirait-il

Pourquoi mendierait-elle

Des restes

Ce serait funeste

 

Pourquoi dégainerait-elle

Son pistolet chargé

De mots assassins

Pourquoi donnerait-elle

Un sarcasme

Qui ne lui était pas destiné

 

Pourquoi jouerait-il au funambule

Sur un fil de fer

Alors que les dés sont déjà joués

 

Pourquoi doit-il plier bagage

Cette histoire n’était que mirage

 

Pourquoi se livre-t-on

Le pire des combats

De soi à l’autre

Ou même

À l’intérieur de soi

Quand les amours ne sont plus…

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019