amitié, amour, Basses-Laurentides, deuil, Deux-Montagnes, poésie

Hors-cadre

Chemin-rue Gagnier

Long chemin

Me rendre

Jusqu’à toi

Brisure temporelle

Hier, c’était

Départ

Mort

Éclats

Sang sur ton visage

Verre en débris

Au bout de ta main

Long chemin

Me rendre

Jusqu’à toi

Blessure refermée

L’existence a repris son cours

Aujourd’hui, c’est

Souvenir

Ton énigmatique sourire

Photo dans un cadre

Ton esprit allant hors-cadre

Je referme tes livres.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

amitié, amour, écriture, deuil, famille, littérature, mots

De l’écriture et de l’absence

On comble une absence par d’autres présences qui font plaisir, qui rendent ivre momentanément.

On en arrive à comprendre sa propre vie en lisant celles des autres, personnages réels et fictifs. Il n’y a rien de définitif en écriture, si ce n’est le point final, mettant fin au dernier chapitre d’un roman, au dernier vers d’un recueil, à la dernière réplique qui sera rendue par un comédien sur scène.

On comble une absence en tachant sa main d’encre, en levant l’ancre dans sa tête pour s’autoriser l’alignement des phrases sur page et écran, pour gommer le blanc, pour y tracer des mots qui font sens tant pour soi que pour d’autres yeux.

Il va de soi que la roue est inventée et que le bouton orne encore la chemise et la tige florale sur le point d’éclore.  Écrire, c’est justement de se donner le droit d’éclore à notre tour, sans détours ni trop de manières.  Par les mots, comblons les absents, réjouissons-nous des présents.

© Texte, Denis Morin, 2019

 

amitié, amour, blues, deuil, poème d'autobus, souvenirs

Les chrysanthèmes

Faut-il un requiem

Pour dire je t’aime ?

Pierre tombale

Cymbale

Du vide

Pourrit le corps

Près de l’urne

Le rayon prend la poussière

Sont de mise

Les chrysanthèmes

Me salue(nt)

Ton esprit

Par des bruits,

Des objets cachés

Est-ce déplacé

De parler

Des morts chéris

Comme on vante

Le mérite des vivants ?

En rêve

Tu me visites

J’apprécie

Ce temps surnaturel

Où s’abattent

Les frontières

N’existent que nos essences premières.

 

© Texte, Denis Morin, 2019