environnement, nature, Poème de train, poésie, urbanisme

Toutes nos dérives…

Baleine

Baleine échouée

Sur macadam

De centre-ville

Ou béluga au foie

Saturé

Bleu pétrole

Les passants

Ne remarquent plus

Repoussent le cétacé

De la pointe du pied

Déchet industriel

Matériel intéressant

Aux yeux du recycleur

Un sculpteur

Pourrait l’intégrer

Dans une installation

Dénonciation

Baleine échouée

Ou béluga intoxiqué

Par toutes nos dérives.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

Basses-Laurentides, billet d'humeur perso, Deux-Montagnes, Lac Deux-Montagnes, Laval, nature, Poème de train, poésie, poésie de train

Ta main sur la table

LacDeux-Montagnes

Je laisserai

Sur cette terre

Des mots

Un sourire énigmatique

Peut-être une ligne prophétique

Les remous

D’une rivière

Le calme

D’une neige tombée

L’horaire régulier des trains

Ta main sur la table

Une coupe vide

 

Je laisserai

Sur cette terre

Des cieux

Des berges gelées

Un renard roux

Un hibou

Des fleurs en dormance

Au fond du jardin

Un chat curieux

Un fjord

Un estuaire

Ta main sur la table

Une coupe vide.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

Basses-Laurentides, billet d'humeur perso, Deux-Montagnes, Lac Deux-Montagnes, Laval, nature, neige, Poème de train, Train Exo 6 Montréal-Deux-Montagnes

Plongée dans l’image

LacDMetlignerose

Du train

Lointain

Confinement

Rêverie

Rien

Si ce n’est…

Juste l’envie

D’une plongée

Dans l’image

Eaux et sel

Eaux et ciel

Ligne rose

Ligne jaune

Accident

Pas prévues au scénario

Le poète

Ne voulait

Que les eaux du lac

Ligne rose

Ligne jaune

Comme si

Les roses dormaient

Sous la neige

Sous les eaux

Sous tout ce gris

Comme si l’objectif

De ma caméra

Sur cellulaire

Cernait plus

Mes paysages intérieurs

Derrière le moche

Toujours une trace

Beauté

Tout réside dans le regard.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

écologie, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, nature

La feuille ajourée

Coeur ajouré

La feuille ajourée

Avait connu le printemps

La morsure de la chenille

Le passereau et ses coups de bec

Les tiraillements des enfants

 

La feuille ajourée

Avait senti la brise

Et ta bise

Ses nervures

Abritaient la sève

 

La feuille ajourée

Telle une dentelle de Bruges

Flétrie, mais jolie

Tout de même

De quoi m’inspirer ce poème.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

écologie, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, hiver, nature, poésie

Nature morte

Les étourneaux

Et autres migrateurs

Les avaient oubliés,

Les fleurs de mai

Les fruits de l’été

 

Le gel avait capturé

Les sucs, les parfums

Nature morte

À qui sait regarder

La beauté offerte

Même en hiver

 

Le propriétaire

Les oiseaux locataires

Étaient passés tout près

Sans porter attention

À une denrée gelée

Toujours aussi sucrée.

 

© Photos, texte, Denis Morin, 2019

 

 

 

arbre, automne, écologie, Basses-Laurentides, chêne, Deux-Montagnes, nature, poésie, printemps

La feuille cuivrée

FeuilleCuivrée

Feuille cuivrée

Donnée

Par le chêne

Haut de sa dizaine d’années

Remède contre la morosité

Chant des fées

Si on sait bien écouter

Le souffle entre les branches

Surtout un dimanche

Elle est tombée

Au sol

Et c’est sur l’herbe jaunie,

Flétrie

Qu’elle me fût remise

Comme présent

Comme gage d’un printemps

Promis d’avance

Rien d’autre à ajouter

Si ce n’est que l’arbre

Conserve sous l’écorce

La sève

Des nouveaux bourgeons

D’une nouvelle feuillaison.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

 

 

actualités, écologie, billet d'humeur perso, Création, nature, poésie

Notre petitesse dans l’univers

Baleine

Baleine échouée

Taureau de corrida

Saigné à blanc

Personne au banc

Des accusés

Épave

Rien de trop grave

Retournez à Netflix

Forêt en miniature

Fragment de nature

Le lichen s’agrippe

Encore

À l’écorce, sa monture

Actualités en déconfiture

On prédit une guerre

Le cours de l’or

À la hausse

Les hydrocarbures

Auquel on devra renoncer

Dauphin retourné

À la mer

Celui-là aura échappé

Au massacre

Des militants sur une place

Rappel de notre petitesse

Dans l’univers.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019