arbre, automne, écologie, Basses-Laurentides, chêne, Deux-Montagnes, nature, poésie, printemps

La feuille cuivrée

FeuilleCuivrée

Feuille cuivrée

Donnée

Par le chêne

Haut de sa dizaine d’années

Remède contre la morosité

Chant des fées

Si on sait bien écouter

Le souffle entre les branches

Surtout un dimanche

Elle est tombée

Au sol

Et c’est sur l’herbe jaunie,

Flétrie

Qu’elle me fût remise

Comme présent

Comme gage d’un printemps

Promis d’avance

Rien d’autre à ajouter

Si ce n’est que l’arbre

Conserve sous l’écorce

La sève

Des nouveaux bourgeons

D’une nouvelle feuillaison.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

 

 

17 réflexions au sujet de “La feuille cuivrée”

      1. Merci à vous d’être là .. bonne semaine ..pardonnez moi ..pourquoi un neveu aveugle ..? restez dans la joie ..laissez la tristesse , la mélancolie de côté , donnez l’envie de vous lire ..si je puis me le permettre ..

        Aimé par 1 personne

      2. Dans cette famille, tout le monde a un certain handicap. Mais l’oncle créera des tableaux avec son neveu en le faisant dessiner avec ses doigts sur de grandes toiles qu’il terminera. C’est pour montrer aussi que l’on doit aller au-delà de certaines contraintes présentes et faire preuve de résilience. Voilà.

        Aimé par 1 personne

      3. Oh oui ,, je suis toujours au delà ..des 5 sens , de l’humain , au delà de tout , une claire perception à chaque instant ..je n’ai pas de mérite , car tout se fait seul J’adore ce mot résilience ..je vis avec détachement qui est le pur amour ..Nous sommes tout …Merci et bonne fin de journée .

        Aimé par 1 personne

      4. Bonne fin de semaine. Bonne semaine aussi. Pour la mélancolie, c’est ma nature profonde héritée de ma mère et de mon grand-père maternel. J’ai hérité d’eux aussi l’intuition. Je tourne cette mélancolie en création et les ombres en lumières.

        J'aime

      1. Oui , je comprends ces différences dans l’écriture. Pour moi, même écart d’écriture quand je me laisse porter par l’instant d’écrire ou bien Lorsque je travaille à partir d’un mythe, d’une figure mythologique . La « contrainte » ancre le poème , le densifie. l’improvisation l’allège ; les mots ne sont plus dictés mais dictent eux même pourrait-on dire. Bonne fin de soirée

        Aimé par 1 personne

      2. Tout à l’heure, je travaillais un segment de chapitre de mon roman en cours d’écriture. J’ai un cadre défini, mais à l’intérieur duquel je laisse évoluer mes personnages. J’ai une connaissance qui est romancière qui est en mode contrôle, je lui ai dit qu’elle étouffait ses personnages. Bonne fin de soirée. Bonne nuit.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s