écologie, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, nature

La feuille ajourée

Coeur ajouré

La feuille ajourée

Avait connu le printemps

La morsure de la chenille

Le passereau et ses coups de bec

Les tiraillements des enfants

 

La feuille ajourée

Avait senti la brise

Et ta bise

Ses nervures

Abritaient la sève

 

La feuille ajourée

Telle une dentelle de Bruges

Flétrie, mais jolie

Tout de même

De quoi m’inspirer ce poème.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s