hiver, musique, neige, nostalgie, poésie, printemps

Sotto voce

Tulipe1

Les fleurs dorment toujours

Sous la neige

Tu l’as toujours su

Et moi, j’ai toujours nié

Que les bourgeons d’avril

Les fleurs de mai

Sont engourdis

Au creux des arbres

Au creux de ton cœur

Ça, tu l’as toujours su

 

Les fleurs dorment toujours

Sous la neige

Au piano, fais-moi un arpège

J’aurai l’évidence

Je me tairai

J’avouerai

Que tu as raison

Une fois de plus

De ressentir la musique

Et la vie sous une apparente mort

 

Les fleurs dorment toujours

Sous la neige

Tu me parles de la poudrerie

Qui soulève les flocons

Je t’écouterai

Je retiendrai tes paroles

Quand tu me déclares

Sotto voce

Che i fiori dormono sempre

Sotto la neve.

 

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

 

 

 

 

hiver, Laval, nature, poésie, rivière des Milles Îles, Train Exo 6 Montréal-Deux-Montagnes, transport

Le coyote

Arbre et pont

Défilement

Déchirement de l’onde

L’arbre projette-t-il

Une ombre

Griserie ferroviaire

Grisaille

En contrebas de l’image

Des ouvriers tiennent cisaille

Ou un marteau-piqueur

Qui gomme la musique

Pic-bois en chômage

Souhaitons que les colverts

Échapperont un instant

À la dent

Du renard fauve

Tiens, les ouvriers

Portent des bottes

De la même livrée

Que le coyote

Aperçu

De l’autre côté de la rive.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, hiver, nature, poésie

La vigne

Vigne

Elle sert de perchoir

Aux oiseaux

Elle donne espoir

Par temps beau

Malgré son écorce

En oripeaux

Les raisins mûrs

Sont tombés

Sous le bec des étourneaux

Qui s’en sont régalés

Elle sert de labyrinthe

Aux mulots

Elle sert de passerelle

Aux écureuils

En quête d’arachides

Et les geais bleus sont avides

Veillant sur la vigne.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

centre-ville près de la station de métro Guy-Concordia, hiver, Montréal, rue Sherbrooke Ouest

Buée et fumée

Buée

La buée

S’échappait

Des pores

Des immeubles

Comme l’écume roulant

Sur les flancs d’un poisson

 

La fumée

Était libérée

Par les buildings

En une matinée si froide

Que le givre

Prenait dans la moustache

À l’orée des narines

 

La buée

Recouvrait

Mes verres

La fumée

S’exhalait

De mon souffle.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

association de poésie Toulèsarts, Basses-Laurentides, Café littéraire de Toulèsarts, hiver, poésie, temps

Minute

Doigts de la fée

Minute, dis-je !

Minute, fige

Comme l’oiseau sur une corde à linge

Par un matin hivernal

 

Minute, pas le temps

Nul besoin de compter

De me décrire

Les grains de sable

 

Serais-tu trop aimable

Pour retourner le sablier

Sur son pied

Serais-tu trop affable

 

Laissons les contes

De côté, les ogres et les fées

D’ailleurs, ces dernières

S’esquivent sur la neige.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

 

écriture, Basses-Laurentides, billet d'humeur perso, Deux-Montagnes, hiver, poésie, silence

Autoportrait

Auto-portrait

Autoportrait

Du poète

Quasi anonyme

Se déplaçant

À pied

Ou dans le ventre d’un train

Capteur de rêves ambulant

Il glisse et tombe

Par trois fois en janvier-février

Il note

Il photographie

L’air ambiant

Silencieux de nature

Il se met à parler

Passionnément

Si un sujet l’intéresse

Et pour toute autre question

Veuillez vous adresser

Au bureau des abonnés absents.

 

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020