Adret Web Art, Auguste Rodin, Édith Stein, écriture, Barbara, Camille Claudel, Cisterciens, Claire d'Assise, Duras, Félix Leclerc, François d'Assise, littérature, Mariam Baouardy, Modigliani, Mystiques, Piaf, poésie biographique, polar, Saint Bernard, Spiritualité, théâtre, variétés

Ma petite musique intérieure

Mes livres

Je ne sais pas trop pour qui j’écris… Pour l’instant, j’ai le plaisir de m’exprimer. J’ai commis un polar, deux pièces de théâtre et de la poésie biographique tant d’artistes des variétés que des mystiques. Je suis très éclaté dans mes coups de cœur. Camille Claudel se cache sur un rayon de ma bibliothèque, tandis qu’Auguste R. se promène à Meudon.

Dans les prochains mois, j’annoncerai la sortie de mon recueil de poésie biographique sur la singulière Marguerite Duras. De plus, certains de ces titres seront repris en audio par Adret Web Art, un duo de concepteurs sonores aux belles voix, avec qui j’aime beaucoup travailler à différents projets.

Dans le bleu derrière mes bouquins dorment les premières pages de mon prochain roman que je souhaite avoir terminé à l’aube de 2020 pour parution en 2021.

En fait, je mène mon écriture, selon ma petite musique intérieure. Voilà où j’en suis dans ma vie littéraire.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

Arts, Claire d'Assise, Création, François d'Assise, Mystiques, poésie, poésie biographique, Spiritualité

Claire d’Assise, hymne au Créateur

9782332773982-Claire

Il est bien étrange comment une histoire d’amitié avec un personnage historique survient dans notre vie.  Sainte Claire d’Assise est fêtée le 12 août.  Or, ma sœur cadette est née en la Sainte-Claire et l’une de mes sœurs aînées possède Claire parmi ses prénoms.  Quant à moi, c’est en lisant sur le Pauvre d’Assise que j’ai vu apparaître Chiara Offreduccio di Favarone (1194-1253).

Dans un premier temps, j’écrivis en 1993 une pièce de théâtre (non publiée) intitulée La dame aux cailloux, tout simplement parce que Claire avait l’habitude de réciter des patenôtres avec des cailloux.  Cette pièce fut jouée une trentaine de fois de Rivière-du-Loup à Ottawa.

Vingt ans plus tard, Claire me revenait à la mémoire.  J’ai alors annoncé aux Clarisses de Valleyfield, en banlieue de Montréal, mon intention de reprendre la marche en poésie en Ombrie.  Elles m’ont soutenu à leur façon par leurs prières.  À mon tour, je me suis mis à genoux intérieurement pour écrire Claire d’Assise, hymne au Créateur.

Fait à noter qu’elle fut la première femme à fonder une communauté religieuse dans l’histoire de la chrétienté.

Les titres des poèmes de ce recueil vont comme suit :

Si temps je perds

Les cailloux

En plein midi

Ostensoir

François

Privilège de pauvreté

Pierre d’assise

Ma sœur la lune

Les cinq Plaies

Une truite du Topino

Ma sœur l’eau

Si cela chante à Dieu

La fuite des mercenaires

La bénédiction du pain

Le cep et la paille

Le plus beau des mariages

Il chiostro (le cloître)

Nativité

Bientôt, je m’en irai

À vous, mes sœurs.

Pour clore ce temps de parloir, Claire me permet de vous livrer un extrait de Ma sœur, l’eau :

« Ma sœur l’eau,

Baptise ou frisonne sous le vent

Devient parfois neige, glace ou vapeur

Transforme le jeûne en banquet

Car elle reflète la lumière du Ciel. »

 

© texte et photo, Denis Morin, 2018

 

Allemagne, Édith Stein, écriture, Carmélites, Judaïsme, poésie, poésie biographique, Pologne, Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, Spiritualité

Édith Stein, triptyque

IMG_20180801_173236[10731]

En poésie biographique (fusion deux genres littéraire, la biographie et la poésie), ce sont les personnages (sur lesquels on aura à écrire) qui nous invitent plus ou moins subtilement, nous guettent, nous saluent dans les rayons d’une bibliothèque ou par le biais d’articles spécialisés.

Par exemple, j’ouvre une revue d’histoire où l’on traite de religieux nés dans le judaïsme convertis au catholicisme qui terminèrent leur destinée terrestre dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau.  Parmi eux, le nom d’Édith Stein (1891-1942) attire mon attention.  Pourtant, Stein est chez les Juifs ashkénazes est aussi commun que le patronyme Tremblay chez les Québécois ou Dupont pour la population française.  Ma curiosité me fait découvrir une femme singulière et plurielle : philosophe, enseignante, conférencière, polyglotte, traductrice, féministe, puis carmélite.

L’impact le plus important qu’elle eut ne fut pas celui de l’intellectuelle féministe dont on publia les traités sur l’éducation et autres ouvrages savants après sa mort, mais ce fut plutôt par son attitude.  Elle encourageait ses élèves, forma des Dominicaines, intercéda aux jours sombres du nazisme et devint un ange de compassion auprès des voyageurs, victimes de la Shoah.

À travers ce recueil Édith Stein, triptyque, je dépeins sa vie, le milieu philosophique du temps (elle était disciple d’Edmund Husserl, concepteur de la phénoménologie), les Carmels de Cologne, en Allemagne, et d’Echt, en Hollande.

« Plus près de notre époque, des témoins rapportèrent

Avoir vu une fascinante carmélite et sa sœur Rosa

Avec une étoile jaune en guise d’identité ainsi elles allèrent

Malgré la mort à l’orée tant de Lumière divine émanait de ces visages las. »

 

 

© texte et photo, Denis Morin, 2018

 

Bethléem, Carmélites, Mariam Baouardy, Mystiques, poésie, Spiritualité

Les salutations de Mariam

IMG_20180310_135806[7819]

Il arrive parfois qu’un personnage historique sur lequel on écrit nous habite et nous accompagne au-delà du point final.  On a développé une complicité telle que cet être devient un proche qui se manifeste à nous de temps à autre.

Prenons le cas par exemple de Mariam Baouardy, deux semaines après la parution du recueil, je vis en songe une moniale, plus précisément une carmélite à voile blanc (voile de tourière) au teint basané s’élevant dans le ciel.  La scène prit une allure solennelle.  Elle portait couronne d’épines et souffrait des stigmates du Christ.  Elle ouvrit les bras, inclina la tête sur la droite, puis les épines enfoncées se métamorphosèrent en une volée de colombes.  Ce songe, je le fis à deux reprises à quelques nuits d’intervalle, nullement effrayé de cette vision.

Puis, je communiquai par courriel avec une carmélite (personne-ressource) du Carmel de Bethléem (voir le billet antérieur sur Mariam), en prenant soin de bien lui décrire la scène comme si nous étions au théâtre et que Mariam fût sur les planches.  Ma correspondante me rassura en me disant que j’avais bénéficié de la visite de la sainte qui se manifestait ainsi à certaines de ses consœurs cloîtrées.  Par conséquent, je devais me considérer privilégié.

Somme toute, écrire sur elle fut une suite d’instants de grâce.  À sa façon, Mariam m’avait manifesté tout simplement sa gratitude.  Je pense à elle souvent.

Cîteaux, Cisterciens, Clairvaux, Moines, Saint Bernard, Spiritualité, Trappistes

Notre-Dame du Verbe ou Architecture d’une âme

IMG_20180624_144516[10298]

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été fasciné par l’architecture cistercienne pour ses murs de pierres lisses, ses colonnes aux chapiteaux sans ornementation, ses claires-voies qui laissent traverser la lumière du jour dans un bâtiment, au gré des heures.

Par un beau matin, je me suis lancé le défi – utopie me direz-vous – de cerner en une trentaine de poèmes ce courant monastique qui perdure encore de nos jours.

Tout au long de ce recueil écrit en écoutant la musique du compositeur estonien de musique contemporaine Arvo Pärt, je raconte le parcours d’un jeune homme qui entre dans cet ordre tout comme je présente Bernard de Fontaine qui devint Bernard de Clairvaux, abbé de Cîteaux, et Armand Jean le Bouthillier de Rancé, réformateur de cet ordre et fondateur de la branche dite des Trappistes.  En outre, des commentaires en prose introduisent certains poèmes.

Pour votre information, les titres se défilent comme suit : Source / Monos / Lux / Rénover sa vie / Désert / Cloître / Paix / Silence / Cîteaux / Caritas / Le songe d’un enfant / Blanche lueur de Bernard / Clairvaux / Fondation / Du vingt août / Lectio divina / Jean de Patmos / Agneau / Notre-Dame / Percevoir / Lumen Christi / L’attente / Union / Oxygène / Pierre du chœur / Credo / Enluminure / Louange du pauvre / Bonté / Visitation / Jérusalem / Salve Regina.

Voici deux extraits :

« L’Unique nous rassure

Miroir de l’Aube, ce regard sur le lointain

Miroir de l’Autre, ce regard du prochain

S’écoule le corbeau fusain hors de nos murs. »

 

« Pour Bernard, tel le Verbe l’abbaye dépouillée

Comment peut-on inscrire en soi

L’éclat vibrant d’une telle humilité

Si la nature s’enchaîne à la soie ? »

Je vous laisse dans la quiétude du silence.