Adret Web Art, Auguste Rodin, Édith Stein, écriture, Barbara, Camille Claudel, Cisterciens, Claire d'Assise, Duras, Félix Leclerc, François d'Assise, littérature, Mariam Baouardy, Modigliani, Mystiques, Piaf, poésie biographique, polar, Saint Bernard, Spiritualité, théâtre, variétés

Ma petite musique intérieure

Mes livres

Je ne sais pas trop pour qui j’écris… Pour l’instant, j’ai le plaisir de m’exprimer. J’ai commis un polar, deux pièces de théâtre et de la poésie biographique tant d’artistes des variétés que des mystiques. Je suis très éclaté dans mes coups de cœur. Camille Claudel se cache sur un rayon de ma bibliothèque, tandis qu’Auguste R. se promène à Meudon.

Dans les prochains mois, j’annoncerai la sortie de mon recueil de poésie biographique sur la singulière Marguerite Duras. De plus, certains de ces titres seront repris en audio par Adret Web Art, un duo de concepteurs sonores aux belles voix, avec qui j’aime beaucoup travailler à différents projets.

Dans le bleu derrière mes bouquins dorment les premières pages de mon prochain roman que je souhaite avoir terminé à l’aube de 2020 pour parution en 2021.

En fait, je mène mon écriture, selon ma petite musique intérieure. Voilà où j’en suis dans ma vie littéraire.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

écriture, Cisterciens, Moines, polar, Roman

L’ours et la ruche

IMG_20180816_102749[10861]

Mon premier livre écrit a été un roman policier intitulé L’ours et la ruche écrit en 2009 mais publié en 2014.

Pourquoi ce titre ?  Tout simplement parce qu’une abbaye fonctionne sur le modèle d’une ruche et que l’ours cherche à s’emparer du miel, etc.  Dans ce cas-ci, l’ours est l’assassin.

En fait, je voulais mettre en scène une enquête de dix jours se déroulant dans une abbaye cistercienne avec Béatrice Lemieux, une historienne française aux origines québécoises, qui aura à jouer au détective, aidée de l’inspecteur Bruno Lagacé qui se fera passer pour un moine et le père Élie, presqu’aveugle mais qui l’aidera à décoder les indices trouvés comme autant de clefs pour ouvrir des portes.

Comme cet ouvrage est mon premier bébé, je l’aime bien en dépit de légers défauts. Il se pourrait que Béatrice Lemieux revienne plus tard dans d’autres enquêtes.

 

 

 

© texte et photo, Denis Morin, 2018

Cîteaux, Cisterciens, Clairvaux, Moines, Saint Bernard, Spiritualité, Trappistes

Notre-Dame du Verbe ou Architecture d’une âme

IMG_20180624_144516[10298]

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours été fasciné par l’architecture cistercienne pour ses murs de pierres lisses, ses colonnes aux chapiteaux sans ornementation, ses claires-voies qui laissent traverser la lumière du jour dans un bâtiment, au gré des heures.

Par un beau matin, je me suis lancé le défi – utopie me direz-vous – de cerner en une trentaine de poèmes ce courant monastique qui perdure encore de nos jours.

Tout au long de ce recueil écrit en écoutant la musique du compositeur estonien de musique contemporaine Arvo Pärt, je raconte le parcours d’un jeune homme qui entre dans cet ordre tout comme je présente Bernard de Fontaine qui devint Bernard de Clairvaux, abbé de Cîteaux, et Armand Jean le Bouthillier de Rancé, réformateur de cet ordre et fondateur de la branche dite des Trappistes.  En outre, des commentaires en prose introduisent certains poèmes.

Pour votre information, les titres se défilent comme suit : Source / Monos / Lux / Rénover sa vie / Désert / Cloître / Paix / Silence / Cîteaux / Caritas / Le songe d’un enfant / Blanche lueur de Bernard / Clairvaux / Fondation / Du vingt août / Lectio divina / Jean de Patmos / Agneau / Notre-Dame / Percevoir / Lumen Christi / L’attente / Union / Oxygène / Pierre du chœur / Credo / Enluminure / Louange du pauvre / Bonté / Visitation / Jérusalem / Salve Regina.

Voici deux extraits :

« L’Unique nous rassure

Miroir de l’Aube, ce regard sur le lointain

Miroir de l’Autre, ce regard du prochain

S’écoule le corbeau fusain hors de nos murs. »

 

« Pour Bernard, tel le Verbe l’abbaye dépouillée

Comment peut-on inscrire en soi

L’éclat vibrant d’une telle humilité

Si la nature s’enchaîne à la soie ? »

Je vous laisse dans la quiétude du silence.