centre-ville près de la station de métro Guy-Concordia, hiver, Montréal, rue Sherbrooke Ouest

Buée et fumée

Buée

La buée

S’échappait

Des pores

Des immeubles

Comme l’écume roulant

Sur les flancs d’un poisson

 

La fumée

Était libérée

Par les buildings

En une matinée si froide

Que le givre

Prenait dans la moustache

À l’orée des narines

 

La buée

Recouvrait

Mes verres

La fumée

S’exhalait

De mon souffle.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

2 réflexions au sujet de “Buée et fumée”

  1. Comme toujours, j’aime beaucoup ! Cependant, il y a un petit soucis dans la deuxième strophe. Un problème de rythme. Mais en même temps, cela est peut-être voulu et exprimait quelque chose de plus profond. Dans tous les cas, vos poèmes sont sublimes, dans un style qui vous est propre. Bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

  2. Quand j’écris de la poésie biographique sur un personnage donné, je me dois d’être respectueux du personnage, en harmonie. Par contre, quand j’écris de la poésie pour m’amuser, révéler un état d’esprit le mien ou celui de quelqu’un d’autre, je me laisse porter par les mots et les images. Je n’intellectualise pas. J’y vais au flair.

    J'aime

Répondre à Denis Morin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s