Non classé

Les relents de l’été

Raisin

Abandon sur tonnelle

Volontairement

Plus haute teneur en sucre

Les oiseaux n’ayant pas déserté

S’en délecteront

Un couvert de givre

Protection du fruit

Contre les coups de dent

Trop tardifs

Les cueilleurs sont partis

Vers d’autres cieux

Mais il y a toujours un frelon, un papillon

Un oiseau-mouche

À dessiner

Sur un cahier

Ils virevoltent

Sur les fibres du papier

Ces relents de l’été

Un col entrouvert

Une peau en sueur

Un parfum visiteur

Je me souviens

Ces perles de nectar

Au coin de la bouche

Je les avais essuyées

Du bout de la langue.

© Photo, texte, Denis Morin, 2022

2 réflexions au sujet de “Les relents de l’été”

    1. Dans ce cas-ci, il s’agit de raisin. Mais au Québec, on laisse des pommes dans les vergers. Le froid rend les fruits plus sucrés. On en fait un cidre que l’on qualifie de glace. Merci de vos bons mots.

      J’aime

Répondre à Mati Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s