Non classé

L’autocar de banlieue

Erreur 404 (2)

J’aurais donné

Des parcelles de mon âme

Sacrifié des années

Imploré la faux

À Dieu

Senti presque la pointe des flammes

Avant le Paradis

Quant au Cornu,

On ne joue pas au Malin

Avec lui

J’aurais éprouvé

Bien du remords

J’aurais avoué

Sous la torture

Mes torts,

Les vrais et les faux,

Plus qu’il n’en faut

Qui dit vrai

Qui sépare en moi

Le blé de l’ivraie

J’aurais même fait

Compostelle

Pour être sous les feux

De la rampe

Pour d’infimes minutes de gloire

Plutôt qu’être assis

Dans un autocar de banlieue.

© Photo, Denis Morin, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s