Montréal, poésie, urbanisme

Le guépard

Immeuble clair-obscur

Ce jour-là

Mon œil fut attiré

Vers cette façade

Hésitant

Entre l’ombre et la lumière

Cela va de soi

Que des nuages

Formaient l’arrière-scène

Et que les rayons solaires

Perçaient où ils le pouvaient

Çà et là

Donnant à l’architecture

Du lieu

Une livrée mouchetée

Le guépard se terrait

Prêt à débusquer

Une gazelle

Un zèbre,

Tous deux perdus

Dans la cité.

 

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s