inspiration, madeleines, Marcel Proust, Montréal, poésie, station de métro Laurier

Les madeleines

Fer à cheval

Bicyclettes

Toutes fluettes

Ou robustes

Sur des fers à cheval

Quand on pense

Qu’ils servaient

De semelles

Aux sabots

Des chevaux

Courant, tirant, traînant

Pour les courses

Des charges

Des carrioles

C’était avant le cheval-vapeur

Des moteurs

Ici, un usage moderne

D’une forme assignée

À une autre réalité

Ma pensée et mon oeil aiment beaucoup

Les madeleines

Tout autant que Proust

Avec un bon thé parfumé.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s