boul. Henri-Bourassa, Céleste Albaret, Marcel Proust, Montréal, poésie, René Magritte, Vinci

Céleste

NuagesHB

Parti le sfumato

Du peintre et génie

Qui dort à Amboise,

Loin de nous

L’humour de Magritte

Et son surréalisme

Gommées les cages suspendues

 

Au jardin céleste

Planent les oiseaux

Et les rêves

Et vos disparus

Puis s’évadent les clichés

Et les anges

S’invitent mes quêtes

D’absolu

Depuis longtemps inassouvies

 

Saviez-vous

Que la gouvernante et confidente

De l’auteur d’À la recherche du temps perdu

Se prénommait Céleste ?

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s