Non classé

Le peintre et la couleur (Hélèna Courteau)

Écrire, lire, penser

.

D’abord je rêve un territoire qui nous ressemble
Sans m’en rendre compte je vole vers d’autres cieux

Je ne suis ni celui qu’on invente ni un personnage de l’Histoire des vaincus
Je suis ivre de rencontres
Ville Lumière je te bois.

Dans la rue vivre l’euphorie de la liberté
Incarnée désormais dans mes toiles
Prisonnière.

Je revendique sinon de vivre chez soi
de me représenter par moi-même
De nous présenter tels que nous sommes

Les pigments
Les liants
De notre bonne fortune

De la mort prématurée
Dû aux purges de l’histoire
J’embrasse les passagers de ma vie

.

Mykhailo Boychuk, (1882-1937)

Voir l’article original

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s