danse, narcissisme, Piaf, poésie

Narcisse, Juliette et la poète…

Narcisse se contemplait

Dans la glace du gymnase

Les muscles en sueur

Juliette dansait sur la plage

Le mouvement la transportant en extase

Son fils photographe ne tenait pas en place

Une mystérieuse poète écrivait en vers et en prose

Seule, elle rêvait d’un monde meilleur

La rebelle fredonnait parfois La vie en rose

Au fond, apprécions

Du premier, la ténacité

De la deuxième, la grâce

De la troisième, l’audace.

 

© Texte, Denis Morin, 2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s