Non classé

L’œuf-coeur

À bien noter

Que l’œuf-cœur

Se couvre

D’un léger brouillard,

Ne se montre guère

Souvent

Au poêlon

Dans l’assiette

Il n’arbore son unicité

Que trop rarement

Entre café à verser

Et rôties trop grillées

Le beurre fondant

Il sera bientôt dévoré

Faut-il le partager

Ou le garder pour soi

Telle est la question

Au pied le clébard

L’œil pleurnichard

Le gémissement quémandeur

Implore

Son coin de pain

Imbibé de sang

Jaune soleil.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s