Non classé

Sisyphe

Le nouveau remplace

L’ancien

Dégage

Toujours ce goût

Pour le neuf

La souris est partie

Le pigeon n’y pond

Plus

Ses œufs

En corniche

Dans le matin,

J’entends une sténo

Taper

La lettre dictée

Par le patron

Sur la ville

Au dernier étage

Impression de domination

Sur les affaires

Mais tout se désagrège

La patron et la sténo

En cendres

Survivant dans la tête

Du poète

Je respire derechef

Le café noir amer

Du lundi matin

Les boiseries, le cuivre,

Les marches de marbre

Aux rebuts

La ville s’affaire

À sa reprise économique

Les badauds

N’ont que faire

Des immeubles d’avant

Les marteaux piqueurs

Couvriront la rythmique

Des sténos

Et les tours à condos

Remplaceront

Briques et pierres de taille

On se sent

Si souvent

Sisyphe.

© Photo, texte, Denis Morin, 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s