Non classé

Aux portes de l’hiver

Ecchinacée-Oct.2020

T’ai-je dit

Un jour

Que le cœur se dessèche

Que la feuille

Se réduit en poudre

Aux portes de l’hiver

T’ai-je dit

Une nuit

Que l’amour s’enfuit

Au petit matin

Ne laissant

Derrière lui

Que des miettes

Que corolle solitaire,

Faible illusion stellaire

En mon jardin.

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s