Blogue

écologie, été, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes

Mandala et vigne

Coin de ciel

Mandala végétal

Asymétrique

Qui s’étale

Dans un carré de ciel

Sous la tonnelle

Regard étonné du chien

Poète croquant cliché

Instant passager

Nébulosité variable

Vigne avec des envies d’envol

Itinéraires possibles

Les vrilles s’accrocheront

À toute anfractuosité

À tout relief

Piège à refermer

Coin de lumière

À recouvrir

À dégager

À tailler par jardinier entêté

À conquérir

Par vigne tout aussi obstinée.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

arbre, Basses-Laurentides, Boisé Roger-Lemoine, Deux-Montagnes, quiétude

Clairière de canopée

Vie-RenaissanceJuin2020

Même la vie s’accroche

À l’apparente mort

Une vigne, des insectes

Un pic-bois

Y joueront

Une tempête abattra

Ce tronc desséché

Pour l’instant

Les branches ploient légèrement

Dans cette clairière

De canopée

Ouverture sur le ciel

Même la vie imite le gavroche

Face au sort

Qui se dit que la mort

C’est pour les autres

Jamais pour soi

Un renard roux

Passant par là

Marque l’écorce crevassée

De son odeur

Contemplez les mousses

Et les fougères

Le long des grosses pierres,

Tranquilles hydromètres

De ce bois.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

Basses-Laurentides, chanson française, Deux-Montagnes, Fleurs, nostalgie, poésie

Des cornets de gramophone

Rose trémière jaune

Il y des fleurs comme ça

Qui vous figent en mémoire

L’enfance aux trousses

Lilas, glaïeul, rose trémière

Pour cette dernière

J’en cultive des jaunes

Et des noires

Qui bouffent la lumière

Et cultivent le mystère

Cette beauté gracile

Ne se mesure pas à l’aune

Avec ces corolles

En cornets de gramophone

Ce sont des airs anciens

Que l’on croit entendre

Et que l’on méprend

Avec J’ai deux amours

Et J’attendrai.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

 

écriture, Montréal, poésie, rue Saint-Antoine Ouest et rue Bleury, solitude, urbanisme

Prière de ne pas déranger

Flou-rueBleury

De jour comme de nuit

La ville apparaît

Si tranquille

De si haut

On croit entendre

Le vent

Au travers des branches

Rideaux tirés

La plupart du temps

Pour estomper le vertige

Pour gommer

L’appel du vide

Vaux mieux s’asseoir

Que de rester debout

L’eau froide rafraîchit

Les idées

Calme les émotions

Il y a

Tant à faire

Tant à écrire

Tant à dire

Chaque envolée lyrique

Chaque décollage poétique

Me rapproche du ciel

Me rapproche du cœur

À la porte de la chambre

Prière de ne pas déranger.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

écriture, Montréal, poésie, Roman, rue Saint-Antoine Ouest et rue Bleury, urbanisme

Un écrivain sur la ville

Poètesurlaville

Hier, je jouais

Au jeu

De l’écrivain sur la ville

Isolé dans une chambre

À transcrire

Des mots

De manuscrit à tapuscrit

Hier, je contemplais

La cité et ses vertiges

Les buildings, les voitures,

Le verre allumé

Devant moi

Et en contrebas

Et moi derrière une glace

Pris entre le silence

Et un besoin de plonger

En écriture

Dans mon cahier

Si plein de ratures

Hier, je jouais

Au jeu

Du poète rêveur sur la ville

Ivre de liberté

Il faisait nuit

Qu’importe les pages

À transcrire

Je finirai bien

Par arriver au port.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

 

 

Arts, écriture, Basses-Laurentides, Boisé Roger-Lemoine, Deux-Montagnes, nature, poésie

La concordance des temps

FeuillesetombreJuin2020

Toujours en décalage

Le poète se perd

Dans la concordance

Des temps et des saisons

Comme si cette mise à l’arrêt

À des fins administratives et sanitaires

L’avait mis selon toute vraisemblance

Hors-jeu

Hors de piste

Mais c’est justement là

L’enjeu,

Celle de plonger en soi

De transformer la pause en prose

De transmuter la paralysie

En envol créatif,

Écoute en boucle

Du piano de Jean-Michel Blais.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

été, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, Fleurs, poésie

Pavot oriental

Pavot

Pavot oriental

Feuillage dentelé

Peau hirsute

Tige élancée

Corolle délicate

Généralement de couleur vive

Pistils noirs

Envoûtement certain

Pétales craignant trop forte pluie

Éclat fané

Comptons une semaine

Pavot

Ma grand-mère cultivait celui d’Islande

Le poète en cultive

Pensant à elle

Mais préfère de loin…

Pavot oriental

Et ses mystères botaniques

Non élucidés.

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020