Basses-Laurentides, Deux-Montagnes, poésie, printemps

Déjà…

EncreChine

Gouttes sombres

Échappées

Larguées

D’un compte-gouttes

Tout s’embrouille

Je chavire

Je suffoque

Tu me calmes

Tu m’invites à respirer

Se dilue le doute

Encre de Chine

Dans un verre trop plein

Ton doigt agite

Le liquide

Pendant que je cogite

Trop

Au point de ne savoir

Où donner de la tête

Puis s’estompent les ombres

Pour les bourgeons, les pousses

Tu appelles le soleil

À la clarté prochaine

Je renaîtrai,

Ça tu le sais

Déjà…

 

 

© Photo, texte, Denis Morin, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s